Créer un vignoble pour les nuls, troisième partie : premières vendanges.

Top départ aux vendanges 2018

En aout, Le Bon Gustave a quitté ses espadrilles, sa chemise à fleurs et a enfilé ses baskets. L’heure des vendanges a sonné un peu plus tôt que d’habitude pour le millésime 2018. Yann était néanmoins prêt à en découdre. Pour ses premières vendanges il s’était bien entouré. Maurice, le propriétaire des vignes, qui dompte le tracteur comme personne était là. C’est tout naturellement que Le Bon Gustave a souhaité prendre part à l’aventure.

Top départ des premières vendanges
Malgré un réveil matinal, c’est de bonne heure et de bonne humeur que l’équipe de vendangeurs s’est réunie en ce jeudi 30 aout autour de Yann. Les yeux encore mi-clos mais prêt à investir les vignes.
Le soleil se levait alors que nous parcourions le petit chemin de terre qui mène au vignoble. Chacun s’est vu équipé de ce qui deviendraient leurs plus fidèles compagnons pour la journée : un seau, ainsi qu’un sécateur, made in France s’il vous plait !
L’objectif de la journée : vendanger presque un demi-hectare de Chardonnay, mieux valait ne pas trainer !

Vous vous demandez si la tâche est aussi ardue qu’on le prétend ?

 

La réponse est oui ! Mais quel plaisir de passer la journée au grand air dans les vignes. Si les poumons jubilent c’est le dos qui trinque quand on réalise ses premières vendanges.

Les vendanges demandent de l’organisation : les cueilleurs se positionnent de chaque côté des rangs de vigne qu’ils remontent. Un ramasseur récupère ensuite les petits seaux des cueilleurs débordants de raisin afin de remplir de larges bacs qui sont ensuite acheminés jusqu’au pressoir.

Ces longues heures passées la tête dans les raisins permettent de rencontrer et d’apprendre à connaître les autres cueilleurs. C’est avant tout une expérience humaine. Nous avons fait la connaissance de Charles, un ancien mais jeune financier, qui a tout quitté pour vivre une formidable aventure. Après avoir obtenu son diplôme et passé quelques années dans un bureau, Charles a décidé de changer de vie. Il a pour projet de partir en Australie, d’investir dans un camion et de sillonner le pays, en vivant de petits boulots, dans l’agriculture notamment. Puis nous rencontrons Franck, au profil similaire à celui de Charles, également dans la finance à Marseille il souhaite troquer sa vie dans les Calanques pour les verts pâturages anglais. Finalement la finance donne des envies de nature !
Cette sans compter sur la précieuse aide du fils de Yann et Naima, âgé de 2 ans et demi et déjà désireux de faire ses preuves.

Noam futur vigneron ?

9h30, c’est l’heure du petit déjeuner !

Du café dites-vous ? Oui mais pas que. Si les vendanges mettent en appétit, l’activité donne soif. Heureusement, Yann avait tout prévu. Maurice aussi nous gratifie de quelques bouteilles de son propre Viognier. Il est un peu tôt pour le vin ? Pas s’il accompagne de fromage et de saucisson. Mais les plus frileux ont quand même eu droit au café et aux viennoiseries.

Il est temps de s’y remettre. Chacun reprend ses outils et part à la recherche des grappes. Le problème c’est qu’après la pause on se refroidit et le dos commence à courber, les premières douleurs se font sentir. Le Viognier au petit déjeuner nous a donné du courage mais la tâche est périlleuse. Yann lui vole de grappes en grappes porté par l’euphorie de ses premières vendanges. De notre côté, quand le sécateur est-il devenu si lourd… ?

Levé de soleil dans les vignes

Le déjeuner se déroule dans une ambiance conviviale, sous forme de pique-nique géant. C’est Naïma, la conjointe de Yann qui s’est occupée de tout. Mais Maurice a également apporté du vin rouge, histoire de ne pas manquer. C’est repu que tout le monde profite du confort des herbes hautes, en admirant la ville au loin. Le fils de Yann en profite pour s’essayer à la conduite (fictive) du tracteur. Tout le monde semble avoir oublié un court instant les premières courbatures.

13h30, fin du pique-nique champêtre : au travail !

Il ne reste que quelques rangées de vignes et tout le monde est reboosté. Le temps est idéal, nous pouvons profiter de quelques rayons de soleil mais sans la chaleur écrasante de l’été. Les bacs sont bien remplis et nous apercevons les dernières grappes au bout du tunnel !
16H30, la journée touche à sa fin. Yann fait une pause et admire son domaine : les vignes ont donné beaucoup de raisin pour ses premières vendanges et le jus s’annonce opulent.

Ce n’est pas sans un peu de tristesse que tout le monde se quitte, en promettant de se retrouver pour gouter la première cuvée. Les mains sont collantes, les chevelures sont maintenant ornées de quelques brins de verdure et c’est avec peine que nous rejoignons nos véhicules.
Nous repartons les jambes lourdent mais le cœur léger car nous allons continuer de suivre l’aventure de Yann.

Retrouvez leur histoire :

https://www.facebook.com/domainedYF

https://www.instagram.com/domainedyf/

 


Article Categories:
Accueil
Flux RSS

Articles Liés


Articles Populaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *